Départ retardé et destination changée!

La vie étant ce qu'elle est, il faut savoir s'adapter!

Nous avons passé proche de la catastrophe samedi le 25 février dernier.  Le bac de rétention d'eau dans le sous-sol de la maison et les 2 sub-pumps ne suffisaient pas à la tâche et avec la pluie, l'eau montait.  Il a fallu installer une 3e sub-pump qui évacuait dans la fosse septique.  Nous avons dû également écoper.  Depuis, il y a eu des mesures de débouchage de tuyau et de mise en place de boyau d'évacuation.  Cependant, ce sont des mesures provisoires.  Suite à des analyses, calculs de pente, des travaux sont à prévoir.  En prévision de ces travaux, on doit faire nos devoirs et préparer le chantier.

Version longue du Pierrôt:

Ouf, on a failli payer très cher cette belle journée du 25 février 2017. Le mercure est monté jusqu'à 18°C, un record.

Mais, à la fin de l'après-midi, il s'est mis à pleuvoir, un déluge.

Puis les pompes du sous-sol se sont mises à faire de drôles de bruits.

Puis l'eau s'est mise à rentrer par où c'est pas prévu.

Les deux pompes du puisard ne suffisaient pas.

J'en ai bricolé une troisième rapido pour évacuer par la cuve de lavage tandis que mes trois mousqueteuses écopaient à l'aide de chaudron et de bacs, mettant en place un système à la chaine du sous-sol au dehors.

La maison ressemblait à une ile.....entourée de flotte menaçante.

Avec la troisième pompe, on a repris le dessus au moment même où l'eau commençait à filtrer au travers des joints du plancher flottant.

Tandis que Sylvie contrôlait les pompes, Aileen et moi sommes partis courageusement dans la tempête pour tenter de faire baisser le niveau de l'étang, grand contrôleur du niveau d'eau et déversoir des drains et gouttières de la maison.

Aucune possibilité d'utiliser le John Deere, le terrain est trop mou, on va s'enliser. C'est donc à la fourche et au sarcloir que l'on s'attaque aux 250 pieds du déversoir en débutant par le fossé qui longe notre rue. Au fur et à mesure de notre humide progression, le courant augmente régulièrement.
 
La pluie se change miraculeusement en gros flocons blancs, c'est assez spécial avec l'éclairage très blanc de ma frontale.

Arrivant à l'étang, nous constatons que le niveau de l'eau a baissé d'environ 8 pouces et Sylvie, debout sur la galerie, nous crie que la situation semble maintenant sous contrôle.

Nous sommes revenus à la maison, trempés jusqu'aux os, mais heureux de cette victoire sur les éléments.

Bravo Sylvie, Caroline et Aileen, on a évité toute une catastrophe même s'il va quand même falloir inspecter les fondations de la maison pour découvrir la source de toutes ces infiltrations et y remédier.


Autre raison majeure; le papa de Sylvie attendait depuis un certain temps de voir sa médecin car ça n'allait pas fort.  Le ventre qui enfle, les jambes également, par le fait même, le souffle court et la fatigue qui s'installent.  Lui qui allait prendre sa marche d'une heure tous les jours, obligé d'arrêter et d'attendre.  Quand il a vu sa médecin, elle l'a immédiatement fait admettre à l'hôpital pour une batterie de tests..  On attend présentement les résultats et les propositions qui seront faites.  Il aurait un cancer du côlon mais on n'en sait pas plus, y aura-t-il chirurgie, traitements, y a-t-il métastases?  Nous sommes dans le néant.

Donc, c'est certain que le voyage au Nouveau-Mexique est reporté, c'est trop loin, perdu et il n'y a pas possibilité d'en revenir rapidement.  Nous avons donc dans notre ligne de mire la Floride que nous connaissons bien mais pour le repos, le vélo, le canot et la mer, elle n'a pas son pareil!.  Il y a également tellement de possibilités de revenir en avion rapidement, entre autres d'Orlando ou Fort Lauderdale.

Nous prévoyons donc partir autour du 25 mars mais c'est à suivre...

Mercredi, 1er mars 2017 : Cent fois sur le métier….





Ceux qui me connaissent depuis ma longue période Westfalienne savent que les frigos n’ont plus grand secret pour moi, du moins en ce qui concerne leur installation et désinstallation !

Lorsque nous avons acquis Forest, je croyais bien en avoir terminé avec ces plaisirs inavoués du Rock&Roll frigorifique mais, en plein voyage Floridien, je fus à nouveau confronté avec mes bêtes noires d’autrefois, au point de devoir commander et installer une nouvelle unité au complet. Voir le blog : http://florida2009grisou.blogspot.ca/2014/11/du-22-au-27-novembre-2014-jonathan_28.html


Finalement, ce n’est vraiment pas plus compliqué qu’avec un frigo de West même que je dirais qu’il y a moins de vis au total. Par contre, celui de Forest est un peu plus gros, un peu beaucoup même !



  
Donc, après 3 ans, ce n’est pas mauvais de faire un entretien préventif et même amélioratif de certaines composantes.

Ben voyons, c'est quoi ça déjà ???


L’arrière du frigo a besoin d’une bonne ventilation pour permettre les différentes phases, liquide et gazeuze, du liquide réfrigérant. Pour se faire, la compagnie a installé un beau ventilateur d’ordinateur qui se met en marche dès qu’il fait chaud.

C’est sur le modèle de ventilateur choisi que je m’interroge, il tourne tellement vite et fait tellement de bruit qu’au moment du dodo, on a l’impression qu’il y a un gros maringouin qui se ballade dans les mûrs. Ajoutez maintenant les arrêts et les départs et vous en êtes quitte pour quelques nuits blanches si vous avez oublié vos bouchons de cire.

J’ai remplacé le bruyant petit par deux gros qui tournent à bas régime, c’est un tout petit murmure éolien qui caressera dorénavant nos oreilles.





J’ai aussi colmaté toutes les interstices à la mousse expansive et fait un peu de ménage dans les kilomètres de filage qui se trouvent cachés là.

Pour terminer, j’ai enlevé la vielle laine de panthère rose qui était probablement là plus par apparence que comme utilité. Comme remplacement, une grosse boîte isolée avec des panneaux de mousse de 3/4 pouce bien scellés.

Avant !


Après !

  
Bon, si ça ne l’améliore pas, ce ne sera pas faute d’avoir essayé !