Vendredi, 28 octobre 2016 : De Texarkana à Nashville.





Encore une superbe journée de voyagement à une vitesse de 70 MPH, sans vent ou avec un vent en poupe, un mercure dans les 80°F, un beau soleil et un ciel bleu, on pourrait quasiment écrire une chanson là-dessus !

On était levé avant le soleil !

Petite brume matinale !


Mais des fois, on rencontre des tatas qui nous font nous interroger sur la nature humaine. Mettons-nous d’abord dans le contexte ! Sylvie m’a bien dit que nous étions bas en carburant mais je n’ai pas entendu, je m’en rends compte lorsque la petite lumière se met à clignoter dans le tableau de bord. Première sortie, il y a un gros truck stop mais sans truck ! On enfile dans la première travée des pompes qui en compte une dizaine, des pompes avec des gros tuyaux pour les gros camions ! OUT OF ORDER !

On change de travée à la recherche d’une pompe qui accepte les cartes de crédit. Sans résultat ! Je vais voir le commis qui me dit de prendre n’importe laquelle, qu’il va la mettre en marche, bravo, vive la confiance.

Retour à Forest, essaie la pompe, niet, change encore de travée, essaie une autre pompe, niet, ça me tente pas de retourner voir le comique, j’en ai ma claque, y’a d’autres stations autours, du moins, j’ose le croire. Vas-y Germaine Show Me the Way !

C’est ainsi qu’on s’est, encore une fois, retrouvés dans des chemins agricoles en garnottes au milieu de champs cultivés à craindre la panne de diesel et au cambriolage de Forest par des brigands de grands chemins !!!

C’est finalement le IPad et MapQuest qui nous ont sauvés mais c’est aussi là qu’on a découvert où se cachait le moron qui a fait notre journée.

Je n’ai jamais compris le principe qui fait que certains s’entêtent à utiliser les pompes hybrides (essence/diesel) lorsque leur véhicule réclame de l’essence et qu’il y a plein d’autres pompes inutilisées ! Le problème se pose quand Forest, lui, n’a d’autre choix que d’utiliser ces pompes hybrides!

Bon, revenons vers le tata en question, avec son pick-up à essence, qui accapare la pompe hybride ! On se place derrière lui pour ne pas perdre notre tour et lui faire comprendre qu’on attend après lui.

C’est là que j’ai un ti-peu de misère. Le moron nous regarde, ferme sa porte de camion puis part vers le magasin. Bâtard, y’aurait pu tasser son camion , non ??? Nous ? Ben, on attend, on attend et on attend encore, pas vraiment le choix, c’est la seule pompe, la seule station et on est à EEEeeeee !!!

Le tata finit par revenir avec une grosse canette de Pepsi. Bon, on se dit qu’il a dû aller payer à l’avance et que c’est pour ça qu’on a dû attendre, il n’a pas pu faire le plein avant d’aller payer ! MAIS NON, il sort sa carte de crédit et la fourre (pardon) dans la pompe et commence à faire le plein tout en buvant sa liqueur ! C’est là qu’on comprend pourquoi les Sudistes ont perdus la guerre de Sécession !!!!

Nous tairons le nom de l’État indiqué sur la plaque d’immatriculation du tata en respect envers tous les autres morons visés par cet  article.

Mon ami Ghislain dira probablement que je me choque avec des riens et que la vie est trop courte et bla bla bla mais avouez que ça vaut tout de même la peine de s’interroger !!! Mais, je le jure, je suis demeuré très Zen !

LE gratte-ciel de Little Rock AK.

Euh ! Allo !

Memphis dans la brume itou !

On regarde devant et...on continue notre route !

Couleur d'automne.





Dodo WalMart, une fois n’est pas coutume et on est en manque de bière et de céréales !

Journée de 517 miles/ 832 kilomètres.

Jeudi, le 27 octobre 2016 : All aboard for the North!





Tout voyage débute par une bonne préparation de sa monture et Forest ne fait pas exception.

Comme l’entretien normal dépassera un peu ce qui est suggéré, le Pierrôt devient mécanicien et s’engouffre sous le capot. Ho qu’il a bien fait !

J’avais crû remarquer que Forest saignait quelque peu de la pompe à servo-direction (power steering pour les intimes). Mais là, les boyaux sont vraiment saturés d’huile et une investigation poussée me permet de découvrir que l’un des collets de serrage ne remplit plus sa tâche ! En vérité, il faudra plus de 3 tours complets au tournevis pour qu’il retrouve sa fonction première !!!! Les deux autres collets ont eu droit au même traitement et, sans être aussi lousses, ils étaient aussi dû ! Heureusement que je suis délicat au volant car, une pression de trop et on se serait retrouvé dans le pétrin.

Le tout mérite que j’en avise mes copains du Forest River Owner Group (F.R.O.G.) !


Nous avions réglé le cadran pour 07h00 mais, finalement, l’excitation du départ a fait que nous étions debout et bien réveillé dès 05h00 du mat’. Il y a aussi le fait que l’on entendent des coyotes hurler dans la nuit et que les étoiles sont magnifiques ce qui ne peut qu’inciter le Pierrôt à aller débrancher Forest de ses attaches et larguer les amarres.

Bizarrement, Germaine nous fait prendre immédiatement la direction du Nord et non celle de San Antonio. Mais qui suis-je pour contredire une Germaine ??? Elle a dit pressentir que nous devions faire le plein de carburant et, justement, la station d’essence de Leakey vient d’ouvrir !

Sur la route, petite brume dans une nuit sans lune. Même si la limite de vitesse est de 70 MPH, rares sont ceux qui osent dépasser les 55 MPH à cause probablement de toute cette faune qui gambade dans les fossés de la route. Le summum est atteint avec un beau ti-troupeau de 6-7 cervidés qui course Forest le long de la route.

S’il fallait qu’un seul cerf vienne se vider sur Forest et Sylvie m’en voudrait pour le reste de mes jours. Ajoutez maintenant aux chevreuils, les ratons-laveurs, les coyotes et les tatous, ça vous fait lever le pied de l’accélérateur.

Premier arrêt à Forth Worth, chez Pep Boys Auto Parts, les seuls à avoir l’huile Mobil 1 ESP, seule huile admissible dans les entrailles de Forest pour éviter des problèmes de garantie avec Mercedes-Benz !

Défilent ensuite les villes d’Arlington et de Dallas puis, c’est la longue I-30 vers l’Est jusqu’à Texarkana, côté Texas. Un tout petit Passport America à $15 la nuit, le Home Sweet Home, on a le droit de rêver ! Le tout s’est réglé par téléphone, on a laissé l’argent dans une enveloppe, on aurait juste dû demande le code d’accès pour le WiFi !

Voici ce qu'on a vu de particulier en cette journée:

On se reprendra pour la visite du vignoble !

On salue Robert et Nicole !


Vous l'aurez deviné: Courthouse !

Une autre transformé en prison puis en Musée !

Et une dernière !

Même avec des erreurs d'orthographe...on a saisi !
Une autre Corvette? Mais non, une T-Bird 55 !


Ces deux là étaient dans leur salon, à jaser à une vitesse de 40 MPH dans la zone de 70 !!!


Deux miles de bouchon, un camion de pompier, une ambulance, trois voitures de police !




Du 24 au 27 octobre 2016 : On relaxe et on prépare le retour.





J’ignore si c’est le fait que le soleil ne se lève qu’aux alentours de 08h00 le matin mais nous sommes de vraies marmottes paresseuses. Cela donne toutefois le temps à la petite brume matinale d’aller voir ailleurs et au soleil de réchauffer les chaises sur lesquelles nous allons déguster le café matinal.



Nous passons la majorité de notre temps autour de Forest à décider de ce que nous ramenons au Québec ou de ce qui restera au Texas avec Forest attendant notre retour au printemps.




Pas facile de trouver un endroit de remisage dans le coin ou, du moins, à un prix abordable pour notre budget de retraités. Les tarifs se fixent à la journée et non au mois. Ajoutez l’option d’un entreposage sous un abri ou non et vous obtenez les prix suivants : $3,00 la journée non-couvert et $4,00 couvert (multipliez par 30). Ailleurs, c’est $195 par mois pour 15 X 50 pieds, électricité comprise. Enlevez $20 si non-électrique.

Le meilleur prix demeure celui du Becs RV Park de Concan qui nous demande $2,00 le non-couvert et $3,00 à l’abri.

Finalement, le Pierrôt sort sa calculette mentale et se met à additionner tous les chiffres impliqués dans une remontée vers le Nord.

Carburant : Forest $400 ! En TG3, ce serait environ $125 ou moins. On doit maintenant compter une journée de plus sur la route en Forest qu’en TG3, c’est normal, on roule moins vite !!!

Mettons maintenant dans la balance quelques dodos chez WalMart ou avec Passport America versus trois dodos dans des hôtels à $100 la nuit. Ensuite, quelques repas préparés maison contre la bouffe au resto. D’autant plus qu’il faut multiplier tous ces coûts par deux car, hé hé, il faut bien revenir le chercher le Forest !!!!

Finalement, le choix s’impose de lui-même ! Comme déjà écrit il y a quelques jours, nous avons pas mal plus de temps de disponible que d’argent donc, Forest revient à la maison avec nous. Espérons seulement que Miss Météo sera assez gentille pour nous éviter grands vents et giboulée !

En attendant, profitons de la chaleur du soleil et de la tiédeur de la rivière.



Je n'ai jamais été cyprès d'un arbre !

Racines au-dessus !

Racines en-dessous !
 
Il l'appelle pas Rio Frio pour rien !!!

mais c'est fou comme on est bien une fois dedans !




Ah ! Tiens ! Mon étang dans une semaine !



Départ prévu le 27 au matin, faudra mettre le cadran ! L’itinéraire demeure néanmoins sensiblement le même que les autres années : San Antonio, Dallas, Little Rock, Memphis, Nashville, Louisville ! Ensuite, il se peut que l’on expérimente de nouvelles routes au lieu d’aller chercher la I-81 que l’on commence à connaître un peu trop. On finira de toute façon par la retrouver tôt ou tard.

Dimanche, 23 octobre 2016 : Bonne Fête à 50% de nous !





L’an dernier, c’est à Barcelone que Sylvie a fêté son anniversaire, elle en fait du millage la petite !!!

Bon, je me mets donc à l’entière disposition de ma douce moitié pour la journée. Ses désirs seront mes ordres!!

Je débute par faire bouillir l’eau pour qu’elle puisse préparer le café et je la laisse décider quoi nous préparer comme déjeuner.

Nous déménageons aujourd’hui du Garner au Parkview RV Park, un déménagement rapide vu que toute la paperasse et le paiement sont déjà réglés. On s’installe sur le terrain 52 avec la montagne du Garner dans la fenêtre de la cuisine.



Sylvie a choisi de faire une grande ballade en voiture dans la Hill Country, elle a toujours aimé les ‘Tours de machine’. J’ai le droit de tenir le volant mais c’est elle qui décidera dans quel sens je peux le tourner. C’est joli les routes ici, très mais très tortueuses, un délice pour les motocyclistes !






On se rend rapidement compte que certains des villages indiqués sur la carte ne sont que des points de référence tellement il n’y a rien à y voir; Concan, où le plus grand édifice se révèle être le bureau de poste, Leakey où se trouve le chef-lieu du Comté est en pleine réparation majeure, Vanderpool qui se résume à un magasin général et Utopia où, enfin on trouve où s’arrêter quelques instants.





À défaut de palmier, on se rabat sur les Live Oaks !


Le Lost Maple Café nous accueille dans une ambiance dans années 60. C’est ici que plusieurs scènes du film 7 jours à Utopia furent tournées ! Aujourd’hui, c’est Sylvie la vedette mais, comme aucun gâteau ne figure au menu, elle devra se contenter d’un gros morceau de tarte au citron meringuée, sans chandelle.





Alors que nous pensions assister aux couleurs de l’automne au Lost Maple State Park, on nous y informe que ledit spectacle n’a jamais lieu avant la mi-novembre !!! Faudra se reprendre.




Sylvie désire maintenant zieuter le Hill Country State Natural Area mais les indications pour s’y rendre sont quasi-inexistantes. C’est finalement par de petits chemins de poussières que nous finirons par y arriver et découvrir qu’il s’agit principalement d’un Park accueillant des cavaliers et leurs montures. La plupart des sites sont inaccessibles par la route car il s’agit ici de recréer l’histoire du Cowboy couchant à la belle étoile.




Il y a bien quelques sites pour les VR mais sans aucun service. En ce qui concerne les sentiers, ils sont pour les chevaux mais vous pouvez y marcher. Portez des bottes de caoutchouc, c’est plus facile à laver !

Je sais pas s'ils savent où ils s'en vont !!!!



Petit détour obligé par Bandera, petite ville western à souhait que nous avions visitée l’an passé.   C’est là que mène l’unique route pavée du Park et c’est le retour vers la maison ou plutôt vers Forest. Sylvie a décliné mon offre de souper en ville, la tarte au citron n’ayant pas encore été totalement digérée.

On s'essaie ????

Jusqu'à maintenant, ça va !!!




Bref, un tour d’auto où on y va pour les paysages tout en vallons, ça ne s’appelle pas Hill Country pour rien!  Au retour, les rayons du soleil filtraient à travers les nuages.  Le soleil dans la face ça ne fait pas de belles photos alors on a fait clic dans notre tête!

Pour souper, une nouveauté : Truite à la moutarde de Dijon, badigeonnée de sirop d’érable et recouvert d’épices à…..steak ! Un délice, cuit lentement sur le Weber !


Tchin-tchin !



Faites un voeu !


Comme c’est sa fête, Sylvie jouit d’une dispense de faire la vaisselle ce soir. Ça peut attendre à demain matin !