Jeudi 29 mars : Une belle surprise de camping.

Nous devons libérer le site pour midi car nous avons décidé d’aller explorer d’autres lieux. C’est à la dumping station que nous rencontrons un autre couple de Québécois super-sympatiques avec lesquelles nous échangeons quelques trucs et expériences. Je leur ai laissé une carte avec l’adresse du blog, nous espérons qu’ils auront du plaisir à nous lire et nous en faire part. Nous quittons également Monsieur et Madame Alma qui repartent en ville sur leurs vélos, de vrais athlètes de la pédale ces deux là, on leur a filé le truc WiFi du Subway.


Très facile de rejoindre la I-10 à partir du Fort Pickens, l’heure de pointe est passée et nous nous retrouvons rapidement dans la région de Milton où nous aimerions passer 4 jours en attente de notre retour au Blackwater State Park pour la randonnée de canot.

Nous sommes allés voir le Cedar Pines mais ils ont mis leur WiFi Hors-service car il y aurait quelqu’un sur leur terrain qui télécharge de la P… Inf…Ils cherchaient un moyen de l’identifier puis de le pièger. Je leur ai humblement suggéré d’appeler la Police et nous sommes repartis. Le camping avait l’air bien et semblait tranquille. Bien situé pour faire les emplettes et pas très cher à $27 la nuit avec Good Sam.


Les 3 Amigos, version Floridienne !!!

À tout malheur bonne chose, le catalogue du Passeport America nous indique le River’s Edge, juste au sud de Holt entre Milton (17 miles) et Crestview (13 miles), sortie 45 de la I-10. Seulement 1,5 miles de l’autoroute, vous vous retrouvez en pleine forêt de feuillus et de pins, la Paix, la Sainte Paix.



Attention, ce n’est peut-être pas un endroit pour les frotteux de VR car tous les sites sont sous les arbres et les terrains sont en majorité sur le beau sable, pas de patio en ciment ici, amenez votre poudre anti-fire-ants. Les terrains ont environ 50 pieds de large par 65 à 85 pieds de longueurs. Vous pourrez ouvrir votre slide-out sans avoir peur d’accrocher celui du voisin. Vous pourriez même avoir un slide-out DANS votre slide-out que vous auriez encore assez de place.

La seule faiblesse est leur WiFi. En fait, cela frise quasiment la fausse publicité mais ça fonctionne, par à coups, faut être très très patient avec le 11 Mbits/sec. Avec PA, le site vous reviens à moins de $15 la nuit (maximum 3 nuits) et il vous demande $2,00 pour vous fournir le mot de passe du WiFi. On vous le fournira sur demande. Les douches sont rudimentaires mais extra-propres.

Si vous avez votre canot ou kayak, sachez que vous êtes au bord de la Yellow River, allez vous amuser. Pour nous, ce sera dans quelques jours.

Et c'est là que tu demandes à Germaine où est la station-service la plus près et qu'elle te répond ................................................... de l'autre côté du pont !!!!!!!!

Mercredi 28 mars 2012 : On retrouve les Blue Angels et…internet !

C’est Louise et René qui en ont eu l’idée. Selon eux, la pointe du Fort Pickens est sûrement un bon endroit pour voir le spectacle aérien et…ils avaient raison. À plusieurs reprises, les avions viennent passer juste au-dessus de notre tête. De plus, cela nous permet de réaliser tout l’espace aérien dont ils ont besoin pour effectuer leurs pirouettes.
À 100 km/heure, position cambrée, à 500 pieds d'altitude, au bord du décrochage. Chapeau !!!



 Il faut ensuite revenir à temps pour le déménagement. Un peu comme l’histoire des bobettes en prison, le C008 s’en va sur le C048 qui lui s’en va sur le C002 qui lui s’en va sur le… Au final, tout le monde est encore là mais sur des sites différents, c’est l’ordinateur qui a décidé !

On est un peu plus tassé que sur le C008 !
Mais qu'ossé ça fait dans notre douche ???












Sachant que de plus en plus de restaurant Subway offrent le Wi-Fi, nous nous rendons à celui de Pensacola Beach pour en profiter en même temps que le succulent Sweet Onions Teriyaki Chicken, notre préféré ! Sylvie s’occupe de la connection et moi de la commande. Nous découvrirons plus tard que nous sommes en réalité branchés sur le réseau d’un gros immeuble de location situé de l’autre côté de la rue, excellent comme réseau ! Nous en profitons pour expédier 3 journées de blog et prendre les messages tout en mastiquant lentement.

C’est LA journée où il faut absolument trouver le magasin de produits naturels, ordre de ma co-pilote ! Heureusement, nous étions tombés sur l’endroit l’an passé en arrivant en Floride. Oui, oui, la journée du palmier ! L’endroit se nomme EverMan Natural Food, 315 West Garden street (US98) à Pensacola. Vous y trouverez toutes les potions magiques désirées sauf celle de Panoramix et encore, on n’a pas demandé !



Nous avions pensé aller au Bass Pro Shop et au Camping World car nos chaises actuelles doivent absolument prendre leur retraite sous peu. C’est un peu trop loin et nous voulons profiter de la plage une dernière fois. C’est donc un retour au camping, l’enfilage de maillots et la mise à l’eau. Eh oui, tous les deux dans les eaux du Golfe du Mexique, à marée haute en plus ! Puis une dernière marche sur la plage qui nous permet de découvrir un nouveau type d’abri, le Kytel ??? On a cherché sur le net sans succès mais ça ressemble un peu à ceci : http://www.shadeusa.com/beach_cabanas.htm#Tripod mais avec 4 pattes et un peu plus bas.

En vrac, ce que nous quittons demain ! 

Non mais, elle as-tu l'air heureuse la Madame ???










Me semble que ça dépasse moins !!!!


Mardi 27 mars 2012 : Les Blue Angels s’envoient en l’air.

Bienvenue à Jos-Hou, nos 49ième membre, très belle photo avec les Wests !

Nous nous étions promis de faire la grasse matinée mais c’était sans compter les obligations de l’endroit. Nous avions ( ;o))déjà remarqué le passage régulier de jets militaires. Ce que nous ignorions est que la Ville de Pensacola est le Home de l’Escadrille de l’air Blue Angels, les pilotes de la Navy qui sillonnent le monde et exécutent des spectacles aériens.




Germaine nous indique que la Naval Station n’est qu’à 3,2 miles du camping mais ceci est à la condition que Ti-Gris Two puisse nager et traverser la Baie de Pensacola. Sinon, c’est un 23 miles dans la congestion du matin qu’il faut affronter pour contourner ladite baie. Au total, il nous faudra 1 heure et 20 minutes pour atteindre la Base. Ayez en main votre permis de conduire ou mieux, votre passeport pour le montrer à la gate.












Nous avons donc rendez-vous avec eux ce matin car il y a pratique aujourd’hui et demain. Ils quittent ensuite pour ne revenir que plus tard en avril. C’est Louise et René qui nous ont convaincu d’y aller et vont même se joindre à nous.











Le spectacle débute à 08h30 tapant et ils sont très ponctuels. Voici nos conseils : Levez-vous tôt et planifiez arriver pour 8h00. Amenez-vous une chaise et allez vous placer au premier rang. Il y a aussi des estrades mais, je le répète, arrivez tôt.

Je ne perdrai pas mon temps à essayer de vous décrire ce à quoi peut ressembler un spectacle aérien, voici plutôt des photos. Le tout dure environ 45 minutes.








Vous pouvez aussi venir uniquement pour visiter le Musée qui ouvre à 09h00. En veux-tu des avions ? Il y en a pour tous les goûts en autant que vos goûts aillent aux avions utilisées par la Navy. Vous y apprendrez aussi que, pour entraîner ses pilotes à décoller et atterrir sur des porte-avions, la Navy a converti 2 vieux bateaux à aubes en plate-formes flottantes, le tout sur le Lac Michigan, bien à l’abri des sous-marins ennemis. Pendant ce temps, des industries Grunman, sortait un avion à toutes les heures, 24 heures par jour, 7 jours par semaine !!!


Les visites creusent l’appétit et Germaine nous déniche un Pizza Hut où les quatre affamés se ruent sur le buffet à pizzas ! Selon mon goût personnel, celle au poulet et sauce BBQ vaut le détour à elle seule. Nous nous sommes vraiment bourrés la face et avons roulé hors des lieux.

Profitant de notre passe, nous amenons Louise et René visiter notre Paradis. Ils abandonnent leur camion à la plage puis nous nous tassons tous dans Ti-Gris Two pour passer la guérite. Nous avons ainsi pu, à notre tour, jouer les guides en leur faisant visiter les vestiges du Fort Pickens. Ayant encore la bedaine bien pleine et désirant retourner en Alabama de clarté, ils nous quittent en nous laissant d’agréables souvenirs.

Un petit sourire...c'est pour la postérité !

On ne voit pas cela souvent sur un terrain aux USA !!

Lundi 26 mars 2012 : Le Fort Pickens.


Le Pierrôt est allé pédaler ce matin. C’est un endroit formidable où le seul défi consiste à se battre avec le vent. Nous régularisons notre entrée tardive au Park puis déjeunons sur la table à pique-nique.

C’est aujourd’hui que nous allons visiter le Fort Pickens. Cet ouvrage fut construit en 1834 et fait partie d’une chaîne d’une quarantaine de forts répartis sur la côte Est et sur les côtes du Golfe du Mexique. Ces forts servaient à défendre l’entrée des ports les plus importants des États-Unis, ports qui étaient les endroits les plus susceptibles d’être attaqués par l’ennemi. Celui de Fort Pickens, appuyé par 3 autres forts, servait à défendre le port en eaux profondes de Pensacola et son chantier naval.


Un peu paradoxal de penser que ces forts furent construits par des esclaves pour préserver la Liberté !!!!


Le Park était autrefois administré par les State Parks de la Floride. Sans doute incapable de faire face aux énormes dépenses engendrées par l’ouragan Ivan en 2004, le Park fut refilé au Service des Parks Nationaux. Ceux-ci ont fait un travail de restauration très réussi. Pour quiconque est capable d’admirer un travail architectural énorme, la visite en vaut vraiment la peine. Pour les autres, la beauté des lieux fera le reste. La visite du Fort prend de 1 à 2 heures. Il y a aussi un Musée mais, tous les artéfacts ayant été détruits lors de l’ouragan, il est présentement fermé mais ré-ouvrira dans quelques jours.



Nous allons profiter de la plage pour le reste de l’après-midi. Selon mon estimation aucunement scientifique, il y a une différence de 10 degrés entre notre site de camping et la plage. Ce qui engendre la situation suivante : Tu as très chaud en prenant le soleil à côté de Forest et tu te dis ‘’ Allons à la plage nous baigner’’ . Hop les maillots et les serviettes puis direction le sable blanc.  Mais, à mesure que tu avances, le vent te rafraîchit et, arrivé à la Mer, tu n’as plus chaud du tout. Tu te dis même que si tu vas barbotter, tu vas carrément geler en sortant de l’eau et donc, tu n’y vas pas. Tu retournes vers Forest et tu recommences à avoir chaud, paradoxal !

Y'a du monde à la plage !!!

Peu de nuages dans le ciel mais quelques uns à l’horizon. Le coucher de soleil devrait être beau. Re-retour sur le sable et Galarneau se fait cliquetiser de tout bord et de tout apertune (google). C’est toutefois au moment du départ que nous arrive la plus grande des surprises de la journée et même de la semaine.



Alors que nous saluons un couple qui quitte la plage en même temps que nous, ils nous répondent par un beau bonjour puis par une question très inattendue….Êtes-vous Pierrôt et Sylvie ??? Ils ont reconnu la robe de plage de Sylvie mais aussi mon ti-coune casque bleu. De plus, ils nous expliquent être tombés sur le blog par hazard et que c’est à cause de nous ou plutôt grâce à nous, s’ils ont choisi de venir passer quelques jours dans ce Paradis. Je n’aie pas le droit de les nommer, j’ai juré ! Mais rien ne m’empêche de vous dire qu’ils sont charmants, qu’ils viennent d’Alma et qu’ils roulent dans en Roadtrek 190, les reconnaissez-vous ?


Dimanche 25 mars 2012 : On rebrousse chemin.



Nous quittons notre oasis de verdure avec la ferme intention d’y revenir un jour.

C’est une longue route qui nous ramène en Floride. J’essaie de garder le rythme des coutlounk, coutlounk de la I-10 en béton avec la mélodie qui joue à la radio, peine perdue.

Sylvie est tellement à l'aise en roulant que non seulement elle se fait du thé mais elle trouve le moyen de se s'auto-photographier, faut le faire !!!


Nos seuls arrêts sont à la halte routière du Bassin de Atchafalaya. Un incontournable pour les pêcheurs de ce monde. Les enfants adoreront aussi la petite exposition faunique tandis que le papa et la maman dégusteront un bon café gratuit. 

L’autre arrêt fut au Welcome Center du Mississippi, le NEC plus ultra des Visitors Center. Internet Wi-Fi haute puissance, des pull-thru pour pique-niquer en toute quiétude au lieu des énormes stationnements où l’on doit côtoyer les routiers qui laissent souvent les tracteurs en marche. De plus, le 12 avril prochain aura lieu l’ouverture d’un centre de la Nasa, un genre de Cosmodome comme à Laval.


C’est donc à 17h30 que nous arrivons de nouveau au Fort Picken National Park. Nous avons le terrain C008, l’un des derniers qui restait. Méchante surprise, c’est aussi l’un des plus grands !



Côté toilette, il y a une nette amélioration avec celles de la boucle A. 

Quek temps en Louisiane : En veillant su’l perron !




Et bien, pour ceux qui ne le savait pas déjà, ce n’est pas cette année encore que nous vous ferons découvrir le Texas. Les chirurgies dentaires de Sylvie ne cessent de venir la hanter et le mal est présentement tenu en laisse à grand coup d’Advils. Elle préfère donc être à 3 jours de la maison (2 en forçant) ou encore à 3 heures de vol que de s’enfoncer vers l’inconnu Texan. L’on vous promet que ce n’est que partie remise.

Pierrôt: Envoye, arrive !!!   Sylvie: Veux  pas m'en aller !!!!  
Je la soupçonne toutefois d’avoir un amour secret avec la Floride comme en fait foi cette photo prise lors de notre départ la semaine dernière. Les plus observateurs reconnaîtront dans le premier rôle végétal, le palmier du 27 mars 2011, si, si, allez vérifier !

Autres nouvelles : À compter du mois d’août, ce n’est pas seulement de Ti-Pooh qu’on vous parlera mais aussi de Pénélope, notre petite-fille en cours de construction.





Et puis, la maman de Sylvie se remet très bien de son infarctus.  À sa sortie de l’hôpital, elle s’est retrouvée avec une pneumonie, donc prise d’antibiotiques, mais maintenant, tout va bien.



Comme le dirait Fred Pellerin: Dans la vie, faut que tu t'assumes !!!

Samedi, 24 mars 2012 : En avant la musique.

Hier soir, j’ai mis le réveil. Il faut être debout de bonne heure car nous avons tout un programme aujourd’hui, un programme musical même.

Premier arrêt au Centre de Musique de Marc Savoy : De 09h00 à Midi, des amis (et amies) musiciens se réunissent au magasin pour un Jam Session. Comme la place à l’avant est limitée, certains participants sont assis directement avec les spectateurs, ou auditeurs si vous préférez.



Monsieur Savoy, c'est celui avec l'accordéon !


Monsieur Savoy déploie d’énormes efforts avec son épouse pour préserver vivante la culture Cajun. À preuve cet écrit datant déjà de 25 ans et toujours d’actualité.

Comme il y est écrit; depuis que le Cajun est la saveur du jour, beaucoup de gens cherchent à profiter de cette engouement pour se créer une identité et en tirer profit $$$. L’une des preuves la plus audible est que la langue française est quasi-inexistante chez les moins de 40 ans et, pire encore, que la plupart des chanteurs poussant la chansonnette en Cajun n’en comprennent pratiquement aucun des mots. Au mieux, ils connaissent quelques expressions comme Ça va ?

C’est un peu ce que Monsieur Savoy dénonce; tu peux pas être Cajun juste le temps que tu montes sur scène !

Si vous cherchez des CD de musique Cajuns, c’est ici qu’il faut venir.

 Notre deuxième arrêt nous mène à Mamou au Fred’s Lounge : Encore une fois, l’endroit est plein et les quelques danseurs te font une séance de rentre dedans  à chaque tour. Ici, il est possible de commander une bière dès 09h00 le matin et….c’est pas si mauvais que cela !!!




Selon Claudia, notre sympathique Ranger du National Jean Lafitte, le Fred’s Lounge est le seul endroit où tu peux faire une crise de cœur et rester debout. La blaque d’avant hier concernant le resto D.I.’s vient aussi d’elle.

Nous retournons ensuite à Eunice et trouvons un petit resto sans aucune prétention mais qui sert un vrai Gumbo frais maison (Non, non, c’est bien ainsi que j’ai voulu l’écrire). Je crois que le nom est Roni’s Cajun ou quelque chose qui s’y approche.


À 15h00, au Jean Lafitte National Cultural Center d’Eunice, nous retrouvons Claudia qui joue dans une présentation pédagogique de ce quoi est composée la musique Cajun. Le public est invité à participer en jouant du ti-fer (triangle) ou des cuillères. Il y a habituellement peu de gens qui y assistent mais nous avons la chance d’avoir deux groupes en visite à Eunice dont la très connue caravane de roulottes Airstream qui nous a suivi et qui occupe maintenant le camping Lakeview. J’ignore qui a hérité de la vue sur l’autobus scolaire.
Claudia, c'est la Ranger avec la guitare.

Dès 16h30, il faut penser à aller se mettre en ligne au théâtre Liberty également à Eunice, pour être certain d’avoir une place assise. C’est là que, le samedi soir entre 18h00 et 19h30, est télédiffusée en direct l’émission Rendez-vous des Cajuns. Nous avons amplement le temps d’aller prendre un petit verre au Nick’s juste à côté du théâtre, un peu passé le Musée des Casse-Noisettes, si, si !!!


 En revenant, un charmant couple ayant reconnu la Fleur de Lys sur notre plaque vient pratiquer son Français avec nous. Ils nous expliquent faire 55 minutes de voiture pour venir au Liberty tous les samedis soirs et refaire le trajet inverse à la fin de la soirée. Faut vraiment aimer danser. Comme notre couple Landry de l’an passé au Mulate’s, ils sont de toutes les danses et ont leurs places réservées au premier rang.








Sylvie et moi avons préféré suivre le spectacle du premier rang du balcon, très bien placé pour tout voir et assez loin pour ne pas aller danser ;O)

Le retour au Chicot State Park aurait pu être tout ce qu’il y a d’ordinaire si cela n’avait été de Germaine qui nous barouette d’un chemin tout croche à un autre chemin tout croche. Enfin, un bout droit avec ce qui semble être une ville au loin. En approchant, nous passons à côté d’une voiture stationnée dans le noir sur le bas-côté.
- Est-ce que c’était une voiture de police ?
- Je pense bien que oui !
Et pour nous donner raison, les lumières bleues qui s’allument et le Pierrôt qui se range docilement sur l’accotement.

C’est long, il prend son temps, je ne peux que voir un T-shirt écrit Police, pas de veste anti-balle, juste un pistolet et des menottes à la ceinture, à peine 20 ans et encore, je suis généreux.
Il me dit que je speedais, que je roulais 62 dans une zone de 55. J’avoue que je n’ai aucune idée à quelle vitesse j’allais. Nous nous sommes présentés, enfin, moi d’abord puis me suis mis à complimenter son coin de pays que nous adorons. Il a commencé à me donner du Sir à tour de bras et à me souhaiter bonne route, je lui ai même fais un petit cadeau qu’il a really appreciated !

Germaine a fini par nous ramener sain et sauf non sans nous avoir fait prendre un raccourci par un petit chemin doté de plusieurs 90 degrés non indiqués pour aboutir sur un genre de sentier en garnotte. Croyez-le ou non, ce sentier en garnotte nous a conduit directement à la porte du Park !

Un merci spécial à Jean-Luc Brière qui nous a incité à vivre cette expérience musicale unique à Eunice!  Il avait raison sur toute la ligne, nous avons beaucoup aimé!  On vous le
recommande.

En Louisiane, y connaissent ça les pick-ups !!!

Vendredi, 23 mars 2012 : Le Chicot State Park.


Bienvenue à Louise et JC, nos 47ième membres inscrits.

Le compteur vient d'atteindre 21000 clics. WOW !!!


 Nous n’en avions jamais entendu parlé, à peine une petite marque sur la carte. Mais ça ne semblait pas trop loin et, à date, les State park de la Louisiane ne nous ont jamais déçu…à part leur Wi-Fi.

Une toute petite partie du Chicot Lake.








C’était finalement un peu plus loin que l’on pensait mais quelle belle surprise en arrivant. Un State Park pour les amants de la nature, les écouteux et les courailleux de pit-pits. Deux terrains de camping de 100 places chacun, 5-6 miles de route dans le Park où les cyclistes côtoient les véhicules roulant au pas et un très grand lac, le Lac Chicot, pour pêcher ou faire du kayak.

La préposé Ashley nous inscrit sur le terrain 13, boucle A, elle croit que nous allons aimer, sinon, juste à en choisir un autre et l’appeler par téléphone.









Est-ce qu’on a aimé le 13 ? On a adoré ! Avec sa terrasse en bois et les voisins à bonne distance, c’est le grand confort pour $16 par jour (plus $6, le premier jour). Retenir le 13 et le 14 pour les Class B, B+ et C jusqu’à une longueur de 26 pieds. Pour les autres grosses machines, je vous suggère les terrains des boucles B et C ou le camping Nord où les terrains sont beaucoup plus dégagés.



Nous avons abandonné l’idée de redescendre à Lafayette et avons préféré passer la journée au Park. Une longue ballade en vélo nous a fait découvrir toutes les routes du Park et de merveilleux points de vue. Vive le numérique qui nous permet de cliquer sans compter.





 C'est la deuxième fois seulement que nous écrivons nos noms ensemble, juré, la première fois, si je me souviens bien, il y avait un curé et plein de monde dans l'église !!!!!!


Le reste de l’après-midi fut consacré à diverses activités très importantes pour notre santé physique et mentale tels; l’évachage sur la chaise, la contemplation de la pousse des feuilles dans les arbres, l’écriture du blog et le classement des photos, une petite sieste et l’examen de la faune locale telle que chenille, petite araignée rouge, moustique (fort peu nombreux) et gros scarabée.

C’est vendredi soir et ça entre à plein dans le camping. Nous avons droit à tout un défilé de perdus qui arrivent dans notre boucle avec leur grosse roulotte ou leur Fifth Wheel. Ils tournent en rond 2-3 fois puis disparaissent à jamais. À mesure que le soleil descend et que le vent devient immobile, les cris des enfants résonnent de plus en plus dans les bois. Ce sera une belle fin de semaine de camping. 

























Il est 19h30 et le terrain 14 est toujours libre. D’autant plus bizarre qu’un Class C de 30 pieds s’est installé de peine et de misère sur le terrain 15 avec le nez en l’air. Car c’est l’un des défauts du Park, les plaques d’asphaltes sont vieilles et vraiment pas à niveau (sauf le 13 et 14). Songez à amener vos blocs de bois.
 
Nous prenons un break resto ce soir. Au menu : Rôti de bœuf à la Gérald, un régal.